Formation à la plantation d’arbres fruitiers

24 novembre 2019

Qui a encore un verger familial dans le fond de son jardin ? À une époque (pas si lointaine), tout propriétaire de jardin possédait au moins quelques arbres fruitiers afin de subvenir en partie aux besoins familiaux. Mais que s’est-il passé ?!

Après-guerre, les premières importations massives de pommes venant de loin nous détournent déjà de nos vergers familiaux. C’est le début de la standardisation où le consommateur commence à délaisser les fruits de ses vergers. Ensuite, la PAC (politique agricole commune), qui vise à augmenter la production agricole afin de répondre à une population de plus en plus grande, restructure les fermes et les paysages ruraux. Pour des raisons de rendement et de facilité d’exploitation, les superficies des parcelles culturales sont augmentées. Des subventions sont versées aux agriculteurs qui arrachent haies et vergers pour accélérer le remembrement agricole. La mécanisation agricole est alors en route…

À partir de 1970, l’arboriculture fruitière évolue vers une production en basses tiges pour faciliter la culture et la récolte. En 2000, plus de 99 % des vergers hautes tiges (HT) ont disparu au profit des vergers “basses tiges” produisant des variétés standards dépendantes de pesticides.

Aujourd’hui, et suite à la destruction des vieux vergers et à leur non-renouvellement, un grand nombre de variétés anciennes cultivées en HT a disparu ainsi que toute une partie de la faune sauvage associée. Les consommateurs n’ont donc plus accès aux produits de qualité issus de ces variétés, non traitées car adaptées depuis des siècles à notre terroir.

C’est une véritable perte de patrimoine, car un vieux verger HT :

  • Capte le CO2 ;

  • Structure le paysage ;

  • Est un lieu de refuge pour la faune sauvage et les auxiliaires de culture ;

  • Améliore la qualité des sols et permet l’infiltration des eaux de pluie ;

  • Donne des fruits à hautes qualités gustatives et nutritionnelles ;

  • Diversifie les usages (jus, cidre, vinaigre, eau-de-vie, compote, sirop, gelée, fruits cuits, fruits séchés, etc.) ;

  • Diversifie les rentrées agricoles (une formation sur l’agroforesterie pour les agriculteurs est prévue début 2020, restez aux aguets !)

Afin d’inciter à la préservation et la plantation de HT sur notre territoire et donc à la conservation notre patrimoine, le GAL pays des 4 Bras a organisé deux formations pour le grand public.

La première formation fut organisée le dimanche 24 novembre de 10h à 13h à la commune de Villers-la-Ville. Celle-ci avait pour thème « comment bien planter ses arbres fruitiers ? ». Les 13 particpants ont pu apprendre tout d’abord les plantations de manière théorique et nous avons aborder les questions du choix des variétés, de la réalisation d’un plan de plantation … Ensuite nous avons mis en pratique tous les conseils sur le terrain.

La seconde formation eu lieu le samedi 7 décembre également de 10h à 13h à la commune de Les-Bons-Villers. À cette formation, les 31 participants ont pu apprendre de manière théorique et pratique comment, quand, pourquoi et avec quoi tailler un arbre fruitier.

Share This
X